Un appel au dialogue et à la médiation

Lettre commune d’Aulnay Environnement et Vivre Mieux Ensemble à Aulnay-sous-Bois

thumbnail of Un_appel_au_dialogue_et_a_la_mediation

Nous sommes inquiets devant cette escalade dans la dégradation des rapports entre les administrés et la municipalité : blogs attaqués, élu-e-s d’opposition mis en examen, conseils municipaux perturbés et à huis-clos…et aujourd’hui la garde à vue d’un responsable associatif.

Ce climat est malsain et marque le délitement d’un débat démocratique nécessaire, indispensable même s’il pique, dérange, oblige à argumenter de part et d’autre.
Un ancien élu connaît le travail des élus et le dévouement de nombre d’entre eux, femmes et hommes au service de leur ville, département, Région, Pays… Ils méritent le respect de leur personne, de leur travail de longue haleine mais aussi nos critiques vigilantes et citoyennes. Il doit exister des contre-pouvoirs dotés de moyens de les exercer afin de permettre aux élus d’être mieux en phase avec le vécu des habitants.

Nous comprenons la difficulté de faire face à la multiplicité des attentes et revendications citoyennes. Nous comprenons la difficulté de composer avec des intérêts contradictoires, à faire des choix dans le sens de l’intérêt collectif…

Animateurs d’associations, nous ne pensons pas que la place d’un animateur d’une association soit en garde à vue. C’est la marque d’un échec collectif, auquel nous pouvons nous associer. Avons-nous assez travaillé pour approfondir les liens avec La Révolution est en marche, pour exprimer nos convergences et nos désaccords ? Pour aider, critiquer, faire ensemble, faire entendre…

La parole d’Hadama Traoré n’est pas en costume-cravate. Son vocabulaire dérange, il peut même basculer dans l’outrance, mais il faut entendre cette voix qui en porte bien d’autres. Il réclame des réponses avec insistance, il va vite, il se trompe parce qu’il fait fi des usages et des règles, mais il fait aussi preuve d’une grande volonté, d’une belle énergie au service des autres : des locataires pour la qualité des logements, des personnes exclues. Il a commencé un travail pour un rapprochement entre jeunes et policiers.

Un certain nombre de ses propos ont pu blesser, faire peur…Nous ne les approuvons pas mais nous y avons par contre entendu du découragement, du dépit face à une absence de réponse, considérée comme du mépris… Avec cette question lancinante : que faire pour être entendu ? Le refus du dialogue et de la conciliation n’est pas de bonne politique face à une personne qui porte la voix de bien des Aulnaysiens. Le marteau-pilon d’une intervention policière digne de l’arrestation d’un terroriste n’est pas une bonne réponse, c’est une humiliation de plus.

Nous pensons qu’un dialogue exigeant et respectueux aurait pu, aurait dû être instauré avec lui et son association, et plus largement avec une jeunesse qui veut prendre sa place dans la vie de notre ville.

Pouvons-nous croire que cela n’est pas trop tard ?

Il faut développer des lieux de dialogue et de médiation au plus vite, nous sommes prêts à y prendre notre place.

Alain AMÉDRO Vivre Mieux Ensemble

R-A BOUGOURD Aulnay Environnement

Programme de la fête du 24 mars. Défendons la liberté d’expression à Aulnay!

La grande fête pour la liberté d’expression, c’est demain samedi 24 mars à la salle Chanteloup de 15h à 0h30 à Aulnay-sous-Bois!

thumbnail of 24mars_small-minQuel meilleur moyen que de faire la fête dans notre commune pour changer son image sur la liberté d’expression? … et ce n’est pas rien dans une ville qui a censuré une campagne de sensibilisation contre le VIH, en direction des couples homos, pour laquelle nous avons organisé une soirée et avons été attaqué en justice, ainsi que d’autres, par le maire d’Aulnay.

Retrouvez dessous le programme et surtout venez avec qui vous voulez!

  • Toute la journée:
    • Coin enfants jeux , activités, babysitting 3 à 10 ans
    • Livres et rencontres au stand de la librairie Folies d’encre
    • Bar des ami-e-s : dégustations sucrées, salées, boissons gazeuses, jus de fruits…
    • Espace associatif avec Sos Homophobie, Amnesty International France, Aides, la LDH, Aulnay Environnement
  • Dès 15h: Expositions de nombreux artistes et artisants :
    • Le photographe Philippe Sohier
    • La plasticienne Nausicaa Favart Amouroux
    • Le photographe Marc Trigalou
    • Les collage de Malika
    • Les sculptures et gravures de Serge Tartare
    • Les bijoux de Brijou et Mélanie
  • 15h30: Rencontre avec le dessinateur Remedium
  • 16h15 : Slam avec MC Boulette
  • 17h00 : Rencontre avec Lydie Salvayre, prix Goncourt 2014
  • 18h15 : Lecture en musique avec l’auteure Rachel Khan et le musicien Kuku
  • 19h30 : Chansons avec l’artiste multi-facettes L’insaisissable
  • 20h00 : Concert du groupe Bowie For Ever
  • 21h30 : Concert de Rock on Wood

A demain!

24 mars: Journée festive pour défendre la liberté d’expression

thumbnail of 24mars_small-minLe 24 mars est jour de fête ! lisez plutôt ce qui suit !

Nous organisons le samedi 24 mars dans la grande salle de Chanteloup, une journée festive autour de la liberté d’expression intitulée : liberté, j’écris ton nom…je slame, je rocke, je chante…

…et cela n’est pas rien dans notre ville qui a censuré une campagne de sensibilisation contre le VIH, en direction des couples homos, pour laquelle nous avons organisé une soirée et avons été attaqué en justice, ainsi que d’autres, par le maire d’Aulnay.

Le programme sera très riche avec l’accueil :

  • de Lydie Salvayre, prix Goncourt 2014, pour présenter et échanger autour de son dernier livre : Tout homme est une nuit, paru chez Seuil en partenariat avec la librairie Folies d’Encre, qui animera la discussion avec l’auteur.
  • de Remedium, auteur de BD et de fanzine ironique sur une ville voisine…
  • de deux groupes de Rock, des slameurs, une chorale…
  • des associations : Aids, SOS Homophobie, Amnesty Internationale, la LDH…
  • et des surprises en guitare et en mots

Découvrez, appréciez et partagez le programme à cette adresse : https://padlet.com/vmieuxensemble/aulnayfete24marschanteloup

Jean-Pierre Blazy pris en flagrant délit de tromperie

thumbnail of 20180310-CP-MensongeEuropaCity4Le maire de Gonesse a publié un communiqué particulièrement trompeur et malhonnête suite à l’annulation de l’arrêté créant la ZAC dite du « Triangle de Gonesse ». Face à ce revers juridique important, il voudrait laisser croire que le Tribunal Administratif a écarté nos associations sur des questions de fond :

« Dans la même décision, le tribunal s’est prononcé sur le fond en jugeant irrecevables les requêtes des associations « Vivre Mieux ensemble à Aulnay-Sous-Bois » (sic) et « Les amis de la confédération paysanne » qui estiment à tort que le projet est incompatible avec le Schéma directeur de la Région Ile-de-France (SDRIF) et avec le plan régional de l’agriculture durable de la Région Île-de-France. »

M. Blazy est pris en flagrant délit de publier l’exact contraire de la vérité !
En effet, chacun peut lire que les juges nous ont écartés uniquement pour des raisons de forme (suite à une phrase manquante dans nos statuts). Mais ceci est anecdotique car d’autres associations amies ont pris notre relais et gagné notre recours avec des arguments communs. Plus encore, le Tribunal a jugé que ce projet ne précisait pas assez l’impact environnemental et que cela avait pour effet de « nuire à l’information complète de la population » ou d’« exercer une influence sur la décision de l’autorité administrative ». Contrairement à ce que laisse croire M. Blazy, le Tribunal n’a nullement réfuté l’incompatibilité de la ZAC avec les plans et schémas régionaux que nous soulevons.

La tromperie de M. Blazy est-elle une manœuvre de plus pour cacher l’aberration environnementale de ce projet, telle que la pointe cette sanction du Tribunal ? S’il devait un jour y avoir appel de ce jugement défavorable pour M. Blazy, les juges apprécieront d’avoir eu leur parole ainsi déformée par le principal protagoniste de la ZAC.

À l’heure où certains pointent, parfois avec raison, les « fakes news » des réseaux sociaux, voici un élu de la République pris en flagrant délit de tenter de fabriquer une fausse information. Pourquoi Jean-Pierre Blazy est-il contraint de faire cette fuite en avant fallacieuse ? Quelles servitudes obligent un homme politique à devoir produire une telle manipulation pour défendre une pareille opération financière géante ?

Quelle que soit la raison profonde de cette tromperie scandaleuse, VME se réjouit de constater que le principal défenseur du bétonnage de la ZAC n’a plus d’arguments et rappelle avec force l’incompatibilité du projet avec le SDRIF.
Il est temps de considérer avec sérieux les alternatives durables et utiles comme le projet CARMA, afin de défendre l’avenir des habitants du territoire ?

Invitation le 15 février: Atelier de transition énergétique

thumbnail of rencontre_15_fevrier_2018Transition énergétique : que faire au quotidien ?

Atelier pour agir sans attendre l’État et encore moins EDF

L’énergie est un pilier de la transition écologique pour pouvoir assurer l’avenir de nos enfants. Mais les changements sont très lents à venir « par le haut » quand ils ne sont pas carrément freinés par des entreprises comme EDF, piégée dans le tout nucléaire.
Nous regarderons alors comment chacun peut se prendre en main pour commencer la transition énergétique sans attendre. Via des actions et astuces simples, jusqu’à des projets ambitieux, devenons ensemble dès aujourd’hui les acteurs de ce changement !
L’atelier-débat sera précédé d’un buffet participatif. Nous vous y attendons nombreux :
Jeudi 15 février 2018 à 19h45 salle Dumont en présence de Michel Vial, président d’Électrons solaires 93, coopérative d’énergie renouvelable citoyenne.
Soirée animée par Hervé Suaudeau, membre de VME, sociétaire d’Enercoop depuis 8 ans

Invitation le 18 janvier: Rencontre avec Remedium, dessinateur citoyen

De Titi Gnangnan aux Contes noirs du chien de la casse, l’auteur croque la vie politique et sociale locale.

thumbnail of rencontre_du_18_janvier-final.compressedRegard acéré à l’ironie noire, citoyenneté à la pointe du crayon, conteur de la vie d’un quartier du 93, Remedium est un dessinateur de plusieurs BD au style combatif. Il est né en Seine-Saint-Denis où il a choisi de devenir professeur des écoles en 2005. Il nous parlera de son œuvre, de ses dessins grinçants qui bouleversent le pouvoir local à Blanc-Mesnil, de son amour de la banlieue…
Le débat sera précédé d’un buffet participatif. Nous vous y attendons nombreux :

Jeudi 18 janvier 2018 à 19h45

Invitation le 14 décembre: « La poétique de la ville » Qualité de vie, qualité de ville

thumbnail of rencontre du 14 dec 2017.compressedÀ travers textes, chansons, photographies, nous vous proposerons un parcours urbain de la ville, de notre ville, de villes rêvées, des villes avec leurs caractères remarquables, inquiétants, poétiques, politiques, humains, masculins ou féminins, en transitions, en adaptations aux changements climatiques, faisant avec ou contre leurs habitants…

  • Comment rêvez-vous votre ville ? Comment l’aimons-nous ?
  • Quelle ville en 2040 ? pour qui ? comment ?
  • Et vous que faites-vous en ville ?

Comment vivez-vous les transformations de notre ville, de la place Camélinat au Galion, du canal au Vieux Pays…De Balagny au Gros Saule…
N’hésitez pas à venir avec une photo, un poème, une chanson qui parle de la ville, nous partagerons ensemble cette récolte poétique.

Jeudi 14 décembre 2017 à 19h30 salle Dumont, avec apéro coopératif.

Les Aulnaysiens découvrent que la municipalité ferme le centre de danse du Galion!

thumbnail of plaquetteMonoA5v3dL’association VME était présente devant chaque représentation du festival H2O avec un tract dénonçant la fermeture du centre de danse du Galion. Nombre d’Aulnaysiens découvraient la situation et réalisaient que selon toutes probabilité, qu’il n’y aurait plus d’autres édition du festival. Dans le plus grand silence, le centre de danse, est mis à mort par la municipalité. Après avoir tenté de démanteler totalement le CAP, une autre œuvre de Jean-Claude Abrioux, créé il y a 21 ans, allait être démantelée dès le 22 décembre 2017.

 

Fin des poursuites judiciaires contre des adhérents de VME

thumbnail of Com abandon poursuite judiciaure contre membre de VMECommuniqué de presse, Aulnay-sous-Bois le 23 novembre 2017

Aulnay-sous-Bois : fin des poursuites judiciaires contre des adhérents de VME* dénonçant la censure de la campagne de prévention contre le SIDA

Les débats doivent avoir lieu dans l’espace démocratique et non devant les tribunaux

La nouvelle est tombée dans l’après-midi de mercredi 22 novembre : le maire d’Aulnay a retiré sa plainte pour diffamation contre nos 7 colleurs d’affiches.
L’audience devait avoir lieu en ce 23 novembre, elle a été annulée. Nos deux ami-ê-s ardéchois co-accusés étaient déjà dans le train pour préparer avec nous l’audience.

Nous nous réjouissons de cette nouvelle qui marque le retour du débat dans l’espace démocratique qu’il n’aurait jamais dû quitter. Nous avons été particulièrement choqués par cette plainte qui judiciarisait le si nécessaire débat démocratique, dans ce qu’il a de désaccords, de conflits créateurs, de réflexions et d’avancées démocratiques.

Cette décision a été rendue possible grâce à la mobilisation de nombreu-se-s aulnaysien-ne-s, à l’interpellation de l’équipe municipale et à une médiation réussie avec le maire…

Nous n’oublions pas non plus que d’autres citoyen-nes sont victimes de procédures judiciaires, y compris sur ce sujet de la condamnation de la censure de la campagne de prévention du SIDA. La liberté d’expression doit être partout défendue.
Nous souhaitons l’abandon de toutes les procédures engagées et l’instauration d’un débat entre élu-e-s et citoyens approfondi, exigeant et respectueux.

Notre association est porteuse d’exigences démocratiques et poursuivra son action pour un débat citoyen de qualité et une ville apaisée.

Pour le comité d’animation,

Alain Amédro

* Pour avoir voulu informer la population de cette censure, des sympathisant-e-s de notre association ont été arrêtés par la police municipale et faisaient l’objet d’une plainte en diffamation par le maire.

« Arrêtons les Frais ! »

thumbnail of 20171115-ArretonsLesFraisCensure de la campagne de prévention contre le SIDA : la justice donne tort au maire d’Aulnay-sous-Bois. Vivre Mieux Ensemble demande la fin des attaques en justice par le maire de ses sympathisants.

Pour avoir voulu informer la population de cette censure, des sympathisant-e-s de notre association ont été arrêtés par la police municipale et font aujourd’hui l’objet d’une plainte en diffamation par le maire. Ces habitants devront s’endetter de plusieurs milliers d’euros ou faire appel à la solidarité pour faire face à une attaque financée avec l’argent des contribuables aulnaysiens.

VME a en effet dénoncé avec responsabilité et exigence cette censure du maire d’Aulnay, désapprouvée par la justice, et a appelé à une réunion publique d’information sur la réalité, encore dramatique, de l’épidémie de SIDA et sur les conséquences alarmantes de l’homophobie dans notre pays.

Le tribunal a en effet estimé dans sa décision « qu’il n’était pas démontré que la campagne d’affichage, qui obéissait à un objectif de protection de la santé publique, était de nature à provoquer dans la commune des troubles à l’ordre public ». Il a aussi considéré que « le caractère immoral de ces affiches et le danger qu’elles étaient susceptibles de présenter pour les mineurs, à les supposer établis, ne pouvaient justifier légalement l’interdiction totale de tout affichage sur le territoire de la commune ».

Nous demandons donc solennellement à Monsieur Beschizza de mettre fin à ses attaques judiciaires, d’arrêter sans attendre les frais ! La qualité du débat démocratique, la faculté d’informer et de critiquer sont de droit en démocratie.
Nous l’invitons à retrouver les voies du dialogue avec les citoyen-ne-s aulnaysien-ne-s, qu’ils soient ou qu’elles soient blogueur-e-s, acteurs et actrices associatifs ou militant-e-s politiques… Le débat ne doit pas avoir lieu devant les tribunaux mais devant les aulnaysien-ne-s.

C’est la recette d’une ville apaisée !