Les Aulnaysiens découvrent que la municipalité ferme le centre de danse du Galion!

thumbnail of plaquetteMonoA5v3dL’association VME était présente devant chaque représentation du festival H2O avec un tract dénonçant la fermeture du centre de danse du Galion. Nombre d’Aulnaysiens découvraient la situation et réalisaient que selon toutes probabilité, qu’il n’y aurait plus d’autres édition du festival. Dans le plus grand silence, le centre de danse, est mis à mort par la municipalité. Après avoir tenté de démanteler totalement le CAP, une autre œuvre de Jean-Claude Abrioux, créé il y a 21 ans, allait être démantelée dès le 22 décembre 2017.

 

Fin des poursuites judiciaires contre des adhérents de VME

thumbnail of Com abandon poursuite judiciaure contre membre de VMECommuniqué de presse, Aulnay-sous-Bois le 23 novembre 2017

Aulnay-sous-Bois : fin des poursuites judiciaires contre des adhérents de VME* dénonçant la censure de la campagne de prévention contre le SIDA

Les débats doivent avoir lieu dans l’espace démocratique et non devant les tribunaux

La nouvelle est tombée dans l’après-midi de mercredi 22 novembre : le maire d’Aulnay a retiré sa plainte pour diffamation contre nos 7 colleurs d’affiches.
L’audience devait avoir lieu en ce 23 novembre, elle a été annulée. Nos deux ami-ê-s ardéchois co-accusés étaient déjà dans le train pour préparer avec nous l’audience.

Nous nous réjouissons de cette nouvelle qui marque le retour du débat dans l’espace démocratique qu’il n’aurait jamais dû quitter. Nous avons été particulièrement choqués par cette plainte qui judiciarisait le si nécessaire débat démocratique, dans ce qu’il a de désaccords, de conflits créateurs, de réflexions et d’avancées démocratiques.

Cette décision a été rendue possible grâce à la mobilisation de nombreu-se-s aulnaysien-ne-s, à l’interpellation de l’équipe municipale et à une médiation réussie avec le maire…

Nous n’oublions pas non plus que d’autres citoyen-nes sont victimes de procédures judiciaires, y compris sur ce sujet de la condamnation de la censure de la campagne de prévention du SIDA. La liberté d’expression doit être partout défendue.
Nous souhaitons l’abandon de toutes les procédures engagées et l’instauration d’un débat entre élu-e-s et citoyens approfondi, exigeant et respectueux.

Notre association est porteuse d’exigences démocratiques et poursuivra son action pour un débat citoyen de qualité et une ville apaisée.

Pour le comité d’animation,

Alain Amédro

* Pour avoir voulu informer la population de cette censure, des sympathisant-e-s de notre association ont été arrêtés par la police municipale et faisaient l’objet d’une plainte en diffamation par le maire.

« Arrêtons les Frais ! »

thumbnail of 20171115-ArretonsLesFraisCensure de la campagne de prévention contre le SIDA : la justice donne tort au maire d’Aulnay-sous-Bois. Vivre Mieux Ensemble demande la fin des attaques en justice par le maire de ses sympathisants.

Pour avoir voulu informer la population de cette censure, des sympathisant-e-s de notre association ont été arrêtés par la police municipale et font aujourd’hui l’objet d’une plainte en diffamation par le maire. Ces habitants devront s’endetter de plusieurs milliers d’euros ou faire appel à la solidarité pour faire face à une attaque financée avec l’argent des contribuables aulnaysiens.

VME a en effet dénoncé avec responsabilité et exigence cette censure du maire d’Aulnay, désapprouvée par la justice, et a appelé à une réunion publique d’information sur la réalité, encore dramatique, de l’épidémie de SIDA et sur les conséquences alarmantes de l’homophobie dans notre pays.

Le tribunal a en effet estimé dans sa décision « qu’il n’était pas démontré que la campagne d’affichage, qui obéissait à un objectif de protection de la santé publique, était de nature à provoquer dans la commune des troubles à l’ordre public ». Il a aussi considéré que « le caractère immoral de ces affiches et le danger qu’elles étaient susceptibles de présenter pour les mineurs, à les supposer établis, ne pouvaient justifier légalement l’interdiction totale de tout affichage sur le territoire de la commune ».

Nous demandons donc solennellement à Monsieur Beschizza de mettre fin à ses attaques judiciaires, d’arrêter sans attendre les frais ! La qualité du débat démocratique, la faculté d’informer et de critiquer sont de droit en démocratie.
Nous l’invitons à retrouver les voies du dialogue avec les citoyen-ne-s aulnaysien-ne-s, qu’ils soient ou qu’elles soient blogueur-e-s, acteurs et actrices associatifs ou militant-e-s politiques… Le débat ne doit pas avoir lieu devant les tribunaux mais devant les aulnaysien-ne-s.

C’est la recette d’une ville apaisée !

Invitation le 16 novembre: La « tchatche » et le rire, de nouvelles formes d’apprentissage ?

thumbnail of rencontre_du_16_nov2017Rencontre avec une professeure du lycée Voillaume, auteure de deux ouvrages consacrés à ses élèves
À travers ses deux ouvrages, Lol est aussi un palindrome et Figures stylées, Mathilde Levesque nous parlera de son métier, des représentations associées aux enseignants et aux élèves de banlieue et des projets menés au lycée pour garantir la réussite de tous.
Le débat commencera par un buffet participatif. Nous vous y attendons nombreux : adhérents, parents, professeurs, élèves et citoyens.

Jeudi 16 novembre 2017 à 19h45 salle Dumont
en présence de
Mathilde Levesque professeure au lycée Voillaume et auteure

Europacity: VME présent au conseil municipal de Gonesse

Les membres de VME étaient présents au conseil municipal de Gonesse du 25 septembre 2017 qui a voté la révision du PLU de la ville autorisant le grand projet nuisible Europacity.

Les membres de notre association, auprès du CPTG, ont aidé à pointer le mode développement anachronique du projet, l’existence d’alternatives comme CARMA, et dénoncer les affirmations des élus transformant la réalité [1]  ou usant du mépris [2] pour faire avaler la pilule.

Vous pouvez retrouver un article du Parisien qui donne écho à cette mobilisation:

[1] Petit florilège de cette transformation de la réalité :

  • « Europacity n’est pas un centre commercial » alors que 500 boutiques sont prévues
  • « EuropaCity aura un impact limité sur les surfaces commerciales alentour » ou « Gonesse « sous dotée en centre commerciaux » alors que le projet est mitoyen de 3 centres commerciaux régionaux et que le taux de vacance commerciale Est 95 / Nord 93 est de 14% (source CCI)).
  • « L’avis de Terres d’Envol sur la révision du PLU est considéré comme réservé, donc pas défavorable« 
  • « Le SDRIF recommande d’urbaniser le Triangle de Gonesse » (en réalité le SDRIF autorise l’urbanisation sous conditions du Triangle de Gonesse, mais ne la prescrit pas. Il préconise par contre la maîtrise de l’étalement urbain)

[2] Quelques exemples d’arguments méprisants utilisés par les promoteurs d’Europacity :

  • « les non-Gonessiens qui ont exprimé un avis défavorable à la révision du PLU de Gonesse ne savaient pas localiser la ville » (Sauf que pendant l’enquête publique / révision PLU il y avait 145 signatures pour et 1583 contre en ligne + 1012 sur papier dont 370 de Gonessiens)
  • « Les agriculteurs du triangle de Gonesse sont des pollueurs, exploiteurs« 
  • « Les opposants sont des bobos parisiens« 

VME demande que l’avenue Schueller soit débaptisée

thumbnail of 2017-09-26-CP-EugeneSchuellerAulnay possède encore une rue à la gloire d’un sympathisant des Nazis

La mort de Liliane Bettencourt remet à l’actualité les activités de son père, Eugène Schueller, fondateur de L’Oréal, que notre ville est la dernière à honorer par le nom d’une ses voies (une avenue et un passage à son nom).

Il est temps désormais de renouveler à Bruno Beschizza, la demande déjà faite par André Cuzon auprès de Gérard Gaudron et Gérard Ségura [1], mais repoussée face aux pressions du groupe L’Oréal dont Liliane Bettencourt, veuve de l’ancien antisémite notoire André Bettencourt, possédait les principaux droits de vote au conseil d’administration.

Nul ne peut désormais ignorer qu’il est reproché à Eugène Schueller d’avoir été militant pro-nazi, d’avoir mis ses moyens personnels et financiers à disposition de la Cagoule, groupe violent fasciste [2] , et d’avoir organisé des réunions de ce groupe au siège de L’Oréal à Paris.
Nul ne peut désormais ignorer que Eugène Schueller, bien qu’ayant réussi à échapper aux sanctions après la guerre, est accusé d’avoir recyclé nombre d’acteurs de la collaboration nazie et cagoulards après la Libération à des postes de directeurs, qu’ils eussent été en prison ou non [3].
Nul ne peut désormais ignorer que le groupe fondé par Eugène Schueller aurait fait construire son siège allemand à Karlsruhe sur un terrain spolié à une famille juive en versant des dommages de guerre aux nazis qui avaient opéré la spoliation [4].
Nul ne peut ignorer que le groupe L’Oréal avait lui-même admis dès 2001, comme le rapporte le magasine Times, que son fondateur était « un fasciste antisémite » [5].

En cette période où nous devons lutter plus que jamais contre les discriminations, notre ville doit se construire un avenir loin de personnes au passé notoirement antisémite. Il est donc l’heure pour le maire d’être celui qui fera entrer notre ville dans le refus de l’amnésie de l’histoire.

NB: Voir les références historiques dans le PDF joint.

[1] « André Cuzon : avenue Eugène Schueller à Aulnay-sous-Bois, les assassins sont toujours à l’honneur 75 ans après » sur MonAulnay.com
[2] Parmi les activités criminelles perpétrées par La Cagoule, mentionnons le transport d’armes à feu, l’assassinat d’un ancien ministre et l’explosion de six synagogues.
[3] Parmi lesquels Jacques Corrèze qui devient à sa sortie de prison après 1949 haut cadre de divers sociétés du groupe L’Oréal. Selon Serge Klarsfeld L’Oréal, était devenue « une usine conçue pour recycler l’extrême droite » en recherche respectabilité à l’après-guerre.
[4] La cour Européenne des droits de l’Homme doit statuer sur cette affaire depuis 2007.
[5] « Business Notes Scandal L’Oreal’s ». Time. 24 June 2001.

Invitation le 21 septembre : Homophobie, où en est-on ?

thumbnail of rencontre du 21 septembre 2017V2Présentation du rapport annuel de SOS Homophobie, point sur les mobilisations,
en présence de
Sylvie Gras, Déléguée IDF de SOS Homophobie
Près d’un an après la grande soirée de lutte contre l’homophobie que notre association a organisé, il est important de faire le point. Le nom de notre commune avait été associé à une opération de communication politicienne de censure d’une campagne de prévention contre le VIH à destination des homosexuels. Pour l’avoir dit et affiché dans notre ville, des citoyens ont été arrêtés, leurs affiches confisquées par la police municipale et leurs ennuis ne semblent pas finis. Ces événements participent d’un climat de rejet et d’exclusion et détournent de la lutte contre les discriminations que vivent les homosexuels au quotidien.
À l’occasion de la publication du rapport annuel de SOS Homophobie nous vous invitons à venir dialoguer et échanger sur les conséquences humaines, sanitaires, psychologiques et politiques de telles décisions.

Jeudi 21 septembre 2017 à 19h30
Salle Dumont,
Parc Dumont, face à la gare RER d’Aulnay-sous-Bois (sortie place Charles de Gaulle)

Le maire aurait-il peur de canards gonflables ?

Aulnay-sous-Bois le 28 juin 2017:

Le maire d’Aulnay-sous-Bois, tente d’empêcher une manifestation familiale festive (« apéro-pique-nique nautique ») qui ne faisait que demander l’ouverture des bassins extérieurs de la piscine municipale.

Dans une lettre portée hier à 23h25 par des policiers municipaux en armes au président de notre association, Bruno Beschizza nous indique que les jardins de l’Hôtel de Ville ne sont pas ouverts à ce type d’activités familiales et pacifiques. Il nous propose de nous réunir sur un endroit bien plus adapté pour un pique-nique… le bitume du parking du centre administratif !

thumbnail of 2017-06-28-CP-finalLes jardins de l’Hôtel de Ville, notre maison commune, ne seraient donc pas accessibles… Le dossier piscine doit sans doute continuer à rester symboliquement à distance des élus comme c’est le cas depuis 3 ans.

Pas de bol pour le maire embarrassé par quelques objets de natation gonflables, la manifestation soutenue par 10 organisations, est autorisée par la préfecture de 18h45 à 21h. Notre association, comme les autres, ne compte donc pas rester au bord du bassin…

Libérons notre maire de ses peurs nautiques en venant nombreux pour dire oui à l’ouverture des bassins extérieurs !

 

Chaleur étouffante : l’ouverture des bassins extérieurs de la piscine devient une urgence !

VME participe à l’action de plusieurs associations pour revendiquer l’ouverture de la piscine et invite les Aulnaysiens à un apéro-pique-nique festif et nautique mercredi 28 avec serviette de plage, tongs… pour exiger fraîcheur et détente ! Nous procéderons en musique à l’inauguration d’Aulnay-plage juste avant le conseil municipal.

Rendez-vous le mercredi 28 à 18h45 dans les jardins de l’hôtel de ville.

En effet, depuis bientôt 3 ans la plus grande piscine du département est fermée. Selon les propres services techniques de la ville (rapport interne du 22 avril 2015.), il était pourtant possible de rouvrir un équipement entièrement rénové dès début 2017. En attendant, nous pensons – comme d’autres – qu’il est réalisable d’ouvrir les bassins extérieurs rapidement (avec un accès aux personnes à mobilité réduites).

Cet équipement n’est pas optionnel dans l’un des départements où les enfants savent le moins nager et dans une ville où l’offre pour la jeunesse a été notablement réduite, particulièrement en été.

Invitation le 8 juin: Le projet qui empêche les promoteurs d’EuropaCity de dormir !

thumbnail of rencontre_du_8_juin_2017.compressedVenez découvrir un projet phare régional aux portes d’Aulnay consacré à l’agriculture urbaine et péri-urbaine et aux territoires en transition.
Le groupement CARMA a en effet mis au point un projet alternatif sur le triangle de Gonesse, il sera présent salle Dumont. CARMA est un groupement réunissant Terres de Lien, Les AMAP, Biocoop, France Nature Environnement, Fermes d’Avenir, Commerce de France…
Cette rencontre sera une bonne occasion de mieux cerner l’immense opportunité que représentent ces 700 ha en bordure immédiate d’Aulnay… pour créer des emplois durables et préserver notre commerce de proximité, et les terres agricoles pour les générations futures !
Ce projet résolument humain et environnemental est présenté le début juin à la mairie de Paris, le 8 à Aulnay-sous-Bois ! Venez comprendre comment saisir cette chance :

Jeudi 8 juin 2017 à 19h45 salle Dumont avec
Robert Spizzichino ingénieur architecte, pilote du projet Carma