VME demande que l’avenue Schueller soit débaptisée

thumbnail of 2017-09-26-CP-EugeneSchuellerAulnay possède encore une rue à la gloire d’un sympathisant des Nazis

La mort de Liliane Bettencourt remet à l’actualité les activités de son père, Eugène Schueller, fondateur de L’Oréal, que notre ville est la dernière à honorer par le nom d’une ses voies (une avenue et un passage à son nom).

Il est temps désormais de renouveler à Bruno Beschizza, la demande déjà faite par André Cuzon auprès de Gérard Gaudron et Gérard Ségura [1], mais repoussée face aux pressions du groupe L’Oréal dont Liliane Bettencourt, veuve de l’ancien antisémite notoire André Bettencourt, possédait les principaux droits de vote au conseil d’administration.

Nul ne peut désormais ignorer qu’il est reproché à Eugène Schueller d’avoir été militant pro-nazi, d’avoir mis ses moyens personnels et financiers à disposition de la Cagoule, groupe violent fasciste [2] , et d’avoir organisé des réunions de ce groupe au siège de L’Oréal à Paris.
Nul ne peut désormais ignorer que Eugène Schueller, bien qu’ayant réussi à échapper aux sanctions après la guerre, est accusé d’avoir recyclé nombre d’acteurs de la collaboration nazie et cagoulards après la Libération à des postes de directeurs, qu’ils eussent été en prison ou non [3].
Nul ne peut désormais ignorer que le groupe fondé par Eugène Schueller aurait fait construire son siège allemand à Karlsruhe sur un terrain spolié à une famille juive en versant des dommages de guerre aux nazis qui avaient opéré la spoliation [4].
Nul ne peut ignorer que le groupe L’Oréal avait lui-même admis dès 2001, comme le rapporte le magasine Times, que son fondateur était « un fasciste antisémite » [5].

En cette période où nous devons lutter plus que jamais contre les discriminations, notre ville doit se construire un avenir loin de personnes au passé notoirement antisémite. Il est donc l’heure pour le maire d’être celui qui fera entrer notre ville dans le refus de l’amnésie de l’histoire.

NB: Voir les références historiques dans le PDF joint.

[1] « André Cuzon : avenue Eugène Schueller à Aulnay-sous-Bois, les assassins sont toujours à l’honneur 75 ans après » sur MonAulnay.com
[2] Parmi les activités criminelles perpétrées par La Cagoule, mentionnons le transport d’armes à feu, l’assassinat d’un ancien ministre et l’explosion de six synagogues.
[3] Parmi lesquels Jacques Corrèze qui devient à sa sortie de prison après 1949 haut cadre de divers sociétés du groupe L’Oréal. Selon Serge Klarsfeld L’Oréal, était devenue « une usine conçue pour recycler l’extrême droite » en recherche respectabilité à l’après-guerre.
[4] La cour Européenne des droits de l’Homme doit statuer sur cette affaire depuis 2007.
[5] « Business Notes Scandal L’Oreal’s ». Time. 24 June 2001.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *