Le CAP Trop « élitiste »? Nous offrons deux places à M. Beschizza pour qu’il vienne constater

Lettre ouverte de l’association Vivre Mieux Ensemble à Aulnay-sous-Bois à

M. Bruno Beschizza,
Maire d’Aulnay-sous-Bois,
Conseiller régional,
Président du territoire Paris Terres d’envol

M. Sébastien Morin,
Adjoint chargé de la culture à Aulnay-sous-Bois

Aulnay-sous-Bois le 25 janvier 2015

Monsieur le Maire, Monsieur l’Adjoint à la culture,

Vous savez que nous sommes très attachés au CAP, structure qui a d’ailleurs été mise en place il y a 15 ans par Jean-Claude Abrioux, un de vos prédécesseurs issu du même parti politique que vous. La question transcende donc les clivages politiques et concerne directement le patrimoine des Aulnaysiens.

Nous avons été pour le moins surpris de découvrir des mots qui vous sont prêtés dans le Parisien du 18 janvier dernier dans lequel vous auriez déclaré que le CAP serait une salle « élitiste et destinée aux Parisiens » et avoir rajouté que « les habitants d’Aulnay ne la fréquentent pas ». Les deux phrases, si ce sont les vôtres, sonnent pour tous les habitués de cette structure comme de pures contrevérités.

Nous espérons grandement que ceci soit issu d’un profond malentendu et vous offrons deux billets pour le spectacle du 30 janvier afin que vous puissiez constater par vous-même que la salle n’est ni élitiste ni désertée des Aulnaysiens, bien au contraire ! Comment les chanteurs de Zebda, présents le 30 janvier, constitueraient une « élite » alors qu’ils sont les représentants de la musique des quartiers populaires ? Un autre concert entre-temps a été annulé pour raisons politiques, celui de Jeanne Added (nominée aux victoires de la musique 2016 dans la catégorie « album révélation ») qui après avoir rempli la Cigale le 20 octobre dernier, est à l’Olympia ce 25 janvier à guichets fermés. Ces salles représentent-elles aussi l’élitisme pour vous ?

Ce profond malentendu sur la culture demande à être levé. En effet les Aulnaysiens méritent une programmation populaire de qualité comme celle proposée au CAP. Les habitants, particulièrement ceux des quartiers populaires, doivent pouvoir accéder à une programmation exigeante et non au rabais. Il faut être fiers de la fréquentation de la salle par quelques Parisiens qui repartent avec une autre image de notre ville et surtout de ses quartiers nord.

Il n’y a pas d’avenir à se recroqueviller sur une médiocrité par nature sans ambition. Il n’y a ainsi pas de gloire à retirer les moyens du CAP pour l’empêcher de rayonner dans et hors de notre ville. Le développement économique de notre ville a besoin de structures montrant notre dynamisme, notre ouverture à devenir un pôle culturel du nouveau territoire « Paris Terres d’Envol » .

Venez au CAP pour comprendre combien cette salle en est une pièce maîtresse !

Recevez, Messieurs, nos plus cordiales et inquiètes salutations culturelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *