Archives pour la catégorie Communiqué

Le maire aurait-il peur de canards gonflables ?

Aulnay-sous-Bois le 28 juin 2017:

Le maire d’Aulnay-sous-Bois, tente d’empêcher une manifestation familiale festive (« apéro-pique-nique nautique ») qui ne faisait que demander l’ouverture des bassins extérieurs de la piscine municipale.

Dans une lettre portée hier à 23h25 par des policiers municipaux en armes au président de notre association, Bruno Beschizza nous indique que les jardins de l’Hôtel de Ville ne sont pas ouverts à ce type d’activités familiales et pacifiques. Il nous propose de nous réunir sur un endroit bien plus adapté pour un pique-nique… le bitume du parking du centre administratif !

thumbnail of 2017-06-28-CP-finalLes jardins de l’Hôtel de Ville, notre maison commune, ne seraient donc pas accessibles… Le dossier piscine doit sans doute continuer à rester symboliquement à distance des élus comme c’est le cas depuis 3 ans.

Pas de bol pour le maire embarrassé par quelques objets de natation gonflables, la manifestation soutenue par 10 organisations, est autorisée par la préfecture de 18h45 à 21h. Notre association, comme les autres, ne compte donc pas rester au bord du bassin…

Libérons notre maire de ses peurs nautiques en venant nombreux pour dire oui à l’ouverture des bassins extérieurs !

 

Chaleur étouffante : l’ouverture des bassins extérieurs de la piscine devient une urgence !

VME participe à l’action de plusieurs associations pour revendiquer l’ouverture de la piscine et invite les Aulnaysiens à un apéro-pique-nique festif et nautique mercredi 28 avec serviette de plage, tongs… pour exiger fraîcheur et détente ! Nous procéderons en musique à l’inauguration d’Aulnay-plage juste avant le conseil municipal.

Rendez-vous le mercredi 28 à 18h45 dans les jardins de l’hôtel de ville.

En effet, depuis bientôt 3 ans la plus grande piscine du département est fermée. Selon les propres services techniques de la ville (rapport interne du 22 avril 2015.), il était pourtant possible de rouvrir un équipement entièrement rénové dès début 2017. En attendant, nous pensons – comme d’autres – qu’il est réalisable d’ouvrir les bassins extérieurs rapidement (avec un accès aux personnes à mobilité réduites).

Cet équipement n’est pas optionnel dans l’un des départements où les enfants savent le moins nager et dans une ville où l’offre pour la jeunesse a été notablement réduite, particulièrement en été.

Appel au maintien au calme et soutien à Théo et sa famille

Nos associations citoyennes expriment toute leur solidarité à Théo, violemment agressé par des individus appartenant à la Police ainsi qu’à sa famille. Nous restons très vigilants aux suites données à cette affaire et dans la durée afin que nous puissions retrouver confiance en notre Police dont le but est de nous protéger et non de nous mettre en danger.

Nous dénonçons les manifestations de violences et les dégradations dans les rues. Elles créent des dommages et situations de danger inacceptables qui vont contre l’appel des habitants dans cette affaire : « Personne ne peut être au-dessus de la loi ! »

Continuons à écouter l’appel au calme des habitants de nos quartiers. La violence ne fait pas avancer la justice et dégrade l’image de nos quartiers. Nous la condamnons, d’où qu’elle vienne, et réaffirmons notre engagement à appeler chacun au calme. La justice doit être faite, être vigilant doit se faire de manière pacifique.thumbnail of 2017-02-08-CP-Theo

Des habitants luttant contre l’homophobie arrêtés à Aulnay-sous-Bois!

Hier soir, des habitants qui informaient contre l’homophobie, ont été arrêtés par la police municipale. Ils collaient avec du scotch repositionnable des affiches annonçant la tenue d’une réunion publique contre l’homophobie le 8 décembre à Aulnay-sous-Bois salle Dumont. Huit policiers municipaux armés de flash-balls, ont appréhendé et emmené au commissariat de la police nationale cinq habitants après les avoir fouillés.

Les agents municipaux, sans préciser la nature du délit éventuel, ont demandé à plusieurs reprises qui était membre de l’association invitant sur l’affiche à une soirée consacrée à l’homophobie. Les stocks d’affiches annonçant cet événement, qui manifestement ne plaît pas au maire Bruno Beschizza, ont été confisqués et ont été qualifiés d’« objet du délit » (sic) par la police municipale.

Les policiers municipaux étaient clairement mandatés par le maire, comme l’a souligné un policier national, après des manifestations de lassitude envers les policiers municipaux.

2

3

1

Arrêté anti-affichage : censurons l’homophobie, pas la prévention !

L’association Vivre Mieux Ensemble refuse qu’Aulnay devienne le symbole de la discrimination.

Dans une ville qui souffre trop souvent d’une image négative, le nom de notre commune a encore été associé à une opération de communication politicienne dégradante. L’arrêté anti-affichage du maire provoque un climat de rejet et d’exclusion homophobe. Rappelons que l’homophobie conduit à de nombreuses agressions et constitue l’une des principales causes de suicide chez les adolescents.

Nous refusons que notre ville devienne le symbole de la discrimination ! Nous proposons donc une soirée contre l’homophobie le jeudi 8 décembre 2016 à 19h30, à Aulnay-sous-Bois (salle Dumont, parc Dumont, face à la gare RER). Nous devons porter ensemble des actions fortes pour faire cesser ce climat homophobe, cause d’insécurité.

En guise de symbole, nous avons décidé de censurer l’image du maire sur tous les panneaux municipaux de la ville :

homophobie1_smallhomophobie2_small

Le CAP Trop « élitiste »? Nous offrons deux places à M. Beschizza pour qu’il vienne constater

Lettre ouverte de l’association Vivre Mieux Ensemble à Aulnay-sous-Bois à

M. Bruno Beschizza,
Maire d’Aulnay-sous-Bois,
Conseiller régional,
Président du territoire Paris Terres d’envol

M. Sébastien Morin,
Adjoint chargé de la culture à Aulnay-sous-Bois

Aulnay-sous-Bois le 25 janvier 2015

Monsieur le Maire, Monsieur l’Adjoint à la culture,

Vous savez que nous sommes très attachés au CAP, structure qui a d’ailleurs été mise en place il y a 15 ans par Jean-Claude Abrioux, un de vos prédécesseurs issu du même parti politique que vous. La question transcende donc les clivages politiques et concerne directement le patrimoine des Aulnaysiens.

Nous avons été pour le moins surpris de découvrir des mots qui vous sont prêtés dans le Parisien du 18 janvier dernier dans lequel vous auriez déclaré que le CAP serait une salle « élitiste et destinée aux Parisiens » et avoir rajouté que « les habitants d’Aulnay ne la fréquentent pas ». Les deux phrases, si ce sont les vôtres, sonnent pour tous les habitués de cette structure comme de pures contrevérités.

Nous espérons grandement que ceci soit issu d’un profond malentendu et vous offrons deux billets pour le spectacle du 30 janvier afin que vous puissiez constater par vous-même que la salle n’est ni élitiste ni désertée des Aulnaysiens, bien au contraire ! Comment les chanteurs de Zebda, présents le 30 janvier, constitueraient une « élite » alors qu’ils sont les représentants de la musique des quartiers populaires ? Un autre concert entre-temps a été annulé pour raisons politiques, celui de Jeanne Added (nominée aux victoires de la musique 2016 dans la catégorie « album révélation ») qui après avoir rempli la Cigale le 20 octobre dernier, est à l’Olympia ce 25 janvier à guichets fermés. Ces salles représentent-elles aussi l’élitisme pour vous ?

Ce profond malentendu sur la culture demande à être levé. En effet les Aulnaysiens méritent une programmation populaire de qualité comme celle proposée au CAP. Les habitants, particulièrement ceux des quartiers populaires, doivent pouvoir accéder à une programmation exigeante et non au rabais. Il faut être fiers de la fréquentation de la salle par quelques Parisiens qui repartent avec une autre image de notre ville et surtout de ses quartiers nord.

Il n’y a pas d’avenir à se recroqueviller sur une médiocrité par nature sans ambition. Il n’y a ainsi pas de gloire à retirer les moyens du CAP pour l’empêcher de rayonner dans et hors de notre ville. Le développement économique de notre ville a besoin de structures montrant notre dynamisme, notre ouverture à devenir un pôle culturel du nouveau territoire « Paris Terres d’Envol » .

Venez au CAP pour comprendre combien cette salle en est une pièce maîtresse !

Recevez, Messieurs, nos plus cordiales et inquiètes salutations culturelles.

Des élus et des Aulnaysiens découvrent que le CAP est en danger!

thumbnail of TractCAP2
Tract distribué le 10 janvier

À l’appel de l’association VME, samedi 10 janvier, une vingtaine d’Aulnaysiens se sont invités aux vœux du maire pour dénoncer la désagrégation du CAP organisée par l’exécutif municipal. Nombre d’élus de la majorité semblaient découvrir que l’œuvre de Jean-Claude Abrioux, créée il y a 15 ans, allait être réduite à un petit équipement de quartier. En effet, dans le plus grand silence, la salle est en train d’être littéralement asphyxiée (refus d’accepter le label national de scène de Musiques actuelles, baisse drastique des subventions municipales et du nombre d’employés, retrait de ses moyens de communication, division par 4 ou 5 du nombre de spectacles).

Quelques élus au courant de la situation répétaient l’élément de langage « le CAP ne profite pas assez aux Aulnaysiens » en critiquant le fait qu’une part du public vienne des villes voisines, voire de Paris. Cet argument est à refuser triplement :

  • Il est profondément choquant, car il méconnaît la nature même de la culture qui est par essence une ouverture aux autres.
  • Il est absurde, car il oublie que les Aulnaysiens vont aussi se cultiver dans d’autres villes.
  • Il démontre un manque d’ambition en oubliant que cette ouverture participe du rayonnement de notre ville.

Dans une ville qui souffre trop souvent d’une image négative, ne nous replions pas sur nous-mêmes et soyons fiers de faire rayonner cet équipement dans toute l’Île-de-France !

Vous pouvez rejoindre l’appel pour la culture à Aulnay en cliquant ici.

Contre le PLU, un nouveau « biscuit d’Aulnay » sera distribué aux conseillers municipaux

Communiqué de presse, Aulnay-sous-Bois le 15 décembre 2015.

L’association Vivre Mieux Ensemble va rappeler ses promesses au maire

thumbnail of CP-2015-12-14-PLUAvant d’être élu, M. Beschizza distribuait des gâteaux en forme de feuille d’aulne avec des promesses d’ « arrêt du bétonnage ». Les aulnes en décembre n’ont plus de feuilles, les promesses ont disparu. Lors du conseil municipal du 16 décembre, nous offrirons aux élus des gâteaux en forme de sapin, eux gardent leur parure !

PSA transformé en cité dortoir, des tours de 46m de haut, 15 ha d’espaces verts, centre horticole et piscine rayés de la carte, bétonnage pérennisé sur toute la ville : le PLU d’Aulnay-sous-Bois soumis à ce conseil municipal ressemble au repoussoir caricatural que M. Beschizza brandissait pour dénoncer les projets d’urbanisme de l’ancienne municipalité.

L’association Vivre Mieux Ensemble à Aulnay-sous-Bois a décidé de mettre les élus de la majorité actuelle face à leurs responsabilités. Bien qu’ils aient bataillé très durement contre « le bétonnage et les projets cachés » de l’ancien maire, ils se retrouvent aujourd’hui à voter un projet diamétralement en contradiction avec leurs promesses. Ces projets ont été cachés aux Aulnaysiens durant la concertation de l’enquête publique du PLU qui ne les mentionnait pas clairement.

Espérons que les conseillers municipaux, comprendront qu’ils n’ont pas été élus sur ce mandat et ne pourront pas voter ce PLU sauf à trahir les Aulnaysiens qui leur ont donné leur confiance.

thumbnail of tract

VME rassuré de voir le maire sanctionné par la justice pour ses arrêtés anti-mendicité

Le maire d’Aulnay-sous-Bois vient d’être sanctionné par la justice[1] pour ses deux arrêtés[2] contre lesquels notre association avait mené des actions[3]. Vivre Mieux Ensemble à Aulnay-sous-Bois remercie ceux qui ont porté en justice[4] ces arrêtés liberticides qui viennent d’être annulés par le tribunal.

Cette sanction porte aussi sur les élus de la majorité que notre association avait interpellés individuellement. Un courrier remis personnellement[5] rappelait leur responsabilité individuelle d’élus dans cette indigne chasse aux pauvres. Aucun ne s’était désolidarisé lors de la présentation de ces arrêtés en Conseil Municipal. Nous leur rappelons que se taire, se soumettre aux consignes d’appareils et renoncer à son libre arbitre pour valider des décisions illégitimes et illégales, alimentera forcément le fossé qui existe entre les élus et la population.

Nous rappelons aussi que ces arrêtés s’attaquent aux droits des plus fragiles et stigmatisent les plus précaires. Ils servent surtout à alimenter la posture nationale d’un maire en mal de médiatisation, sans apporter la moindre réponse aux problèmes de pauvreté des Aulnaysiens.

La stigmatisation des victimes est contraire aux valeurs républicaines, elle conduit toujours à la négation du Vivre Ensemble. La devise de notre République s’applique à tous les Aulnaysiens : Liberté Égalité et Fraternité !

Luttons contre la pauvreté, pas contre les pauvres !

Notes et références:

  1. Décisions à télécharger ici et .
  2. Second arrêté à télécharger ici
  3. L’association avait organisé une action de distribution de mendiants sur les marchés d’Aulnay en mai dernier
  4. La LDH pour les deux recours, et la FNARS et le conseiller municipal Miguel Hernandez pour le premier recours.
  5. Pour télécharger les 42 courriers, lien ici.

« Ne soyez pas complice de la chasse aux pauvres! »

Nouvel arrêté anti-mendicité à Aulnay-sous-Bois:

Vivre Mieux Ensemble interpelle individuellement chaque élu de la majorité à ne plus être complice

Aulnay-sous-Bois le 15 octobre 2014:

Le maire d’Aulnay-sous-Bois présente ce soir un second arrêté anti-mendicité au conseil municipal. Il présente des aspects encore plus liberticides et discriminatoires que le premier (Interdiction de l’occupation abusive et prolongée d’un lieu et station assise et allongée proscrite.) contre lequel l’association Vivre Mieux Ensemble avait déjà protesté. Aucune réaction des conseillers de la majorité n’avait eu lieu lors du premier arrêté, pour le second, aucun élu ne pourra se réfugier derrière l’ignorance. En effet l’association leur a remis personnellement un courrier dans lequel elle leur rappelle leur responsabilité individuelle dans cette indigne chasse aux pauvres.

Cet arrêté s’attaque aux droits des plus fragiles et stigmatise les plus précaires. Il sert surtout à alimenter la posture nationale d’un maire en mal de médiatisation, sans apporter la moindre réponse aux problèmes de pauvreté des Aulnaysiens. Vivre mieux ensemble appelle chaque élu à demander publiquement au maire d’Aulnay-sous-Bois de renoncer à cet arrêté injuste et ainsi de se désolidariser de cet acte personnel pour ne pas en être complice.

Se taire, se soumettre aux consignes d’appareils et renoncer à son libre arbitre, alimentera forcément le fossé qui existe entre les élus et la population et sert au final le discours de l’extrême-droite : tous dans le même sac !

Tous les Aulnaysiens doivent compter de la même façon : Liberté Égalité et Fraternité !

Luttons contre la pauvreté, pas contre les pauvres !